S'identifier

Notre vision de l'aide alimentaire

À l’origine les programmes d’aide alimentaire étaient approvisionnés grâce aux surplus agricoles, appelés à disparaître au vu de la demande mondiale croissante. Cela va entraîner une réforme du système actuel. À ANDES, nous préconisons que cette évolution permette de passer d’une aide alimentaire distributive à une action plus dynamique prenant en compte les besoins et attentes des publics concernés et impliquant davantage d’acteurs du secteur alimentaire : producteurs, industriels, grande distribution…

 Lire les propositions d'ANDES face à l'évolution des programmes d'aide alimentaire



D'autres chiffres

Selon l’Observatoire des Inégalités, la France comptait en 2007 environ 8 millions de personnes pauvres[1], soit 13,4% de la population. Par ailleurs, la récente crise économique et financière a entraîné une augmentation importante du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire (+12,5% entre 2008 et 2009) et on estime aujourd’hui à 2,6 millions le nombre de personnes y ayant recours de façon passagère, régulière ou permanente. Une évolution du profil des bénéficiaires est également constatée, avec un accroissement marqué des personnes issues de familles monoparentales, des jeunes de moins de 25 ans et des retraités.
Il faut toutefois rappeler que toutes les personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté ne sont pas en situation d’insécurité alimentaire[2] et qu’une proportion non négligeable de personnes vivant au-dessus de ce seuil y est confrontée.

[1] Personnes ayant un niveau de vie inférieur à 60% du niveau de vie médian.

[2] Insécurité alimentaire quantitative et/ou qualitative.


Suivez ANDES sur les réseaux sociaux !

  

Réduire la fracture alimentaire et promouvoir l'accès à la citoyenneté


En France, 8,7 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, soit 14,3 % de la population française. Pour une large partie de la population, dite "pauvre" ou "précaire", l'alimentation est le second poste de dépense, après le logement. La précarité, et les choix alimentaire restreints qu'elle implique, est la cause directe de plusieurs maladies: obésité, diabète, surpoids.
 
L'Association Nationale de Développement des Épiceries Solidaires, A.N.D.E.S, a pour objectif, à travers les épiceries qu'elle rassemble, de promouvoir l'accès des personnes en difficulté à une véritable citoyenneté économique : en permettant à un public exclu des circuits de consommation traditionnels de choisir les produits qu'il souhaite consommer, en vendant, à un faible prix, des denrées de qualité ; en proposant des activités où les compétences de chacun sont mises en avant, les épiceries solidaires et sociales se veulent, au-delà d'une aide matérielle, un outil de reconstruction et un tremplin vers une réinsertion durable.

Les missions de l'A.N.D.E.S


Aider à la création d'épiceries solidaires et sociales et favoriser leur implantation durable.

Animer le réseau des  afin de mutualiser les pratiques, de mener une évaluation nationale et de favoriser la connaissance de ces structures auprès des partenaires publics et privés et des médias. De manière plus générale : esquisser des réponses au problème de la précarité par une réflexion commune au sein du réseau.

Renforcer la professionalisation des épiceries solidaires, notamment en proposant des ateliers nutritionnels ou de gestion d'équipe, des modules de formations.

Favoriser l'accès des populations précaires à une alimentation saine et de qualité, tout en soutenant l'insertion professionnelle de personnes éloignées de l'emploi et en favorisant le développement local.

Travailler en partenariat avec des associations implantées dans d'autres pays européens, afin de promouvoir un accès plus équitable à la citoyenneté économique dans l'ensemble de l'Union Européenne.