S'identifier

L'entrepreneuriat social

 


ANDES s'inscrit comme acteur de l'entrepreneuriat social, recherchant l'innovation dans cette voie médiane entre le social et l'économique. En 2006, Guillaume Bapst, son directeur a été primé par Ashoka. 
→ www.ashoka.asso.fr
→ le blog d'Ashoka 


Documentaire "Les Défricheurs"

par Marion Clauss
 
Découvrez les portraits de 6 entrepreneurs sociaux, dont 4 primés Ashoka, dans le film de Marion Clauss, diffusé le 10 novembre 2010 sur Canal+


Portraits par Aymeric Warmé-Janville

Le photographe indépendant Aymeric Warmé-Janville suit maintenant depuis plusieurs années le travail d'ANDES.
Il a réalisé deux séries de portraits Chemins croisés : 
Portraits de responsables et d'entrepreneurs sociaux liés à l'aide alimentaire, présentés lors des Rencontres des Epiceries Solidaires 2009 à Rungis.
 Portraits de salariés en insertion à l'ACI la Cistella de Marianne, présentés lors de l'anniversaire de l'ouverture du chantier en 2010 à Perpignan.

Interventions de Guillaume Bapst


Suivez ANDES sur les réseaux sociaux !

  

Les enjeux socio-économiques : créer une voie médiane entre le social et l'économique


Créer un outil de formation et d'insertion facilitant le retour à une citoyenneté économique

En développant le réseau des , l'A.N.D.E.S veut contribuer à créer un outil complémentaire permettant de resserrer le maillage de l'aide alimentaire sur le territoire national. La première fonction de ces structures est d'apporter une aide différente de l'aide existante, notamment en dépassant la seule satisfaction d'une nécessité physiologique (se nourrir) ou d'un impératif économique (faire consommer) : l' se veut solidaire et humaniste, elle a pour ambition de replacer, ou, au moins, de contribuer à replacer les individus dans le monde économique dont ils ont pu, à un moment, être éloignés.

C'est donc une voie médiane entre l'urgence et le droit commun que l' veut développer. L'aide alimentaire ne doit plus seulement être considérée comme une fin, mais comme un moyen de toucher à d'autres questions : la santé, le logement, l'emploi, l'éducation, la culture, la gestion du quotidien… Une des finalités d'une Epicerie Solidaire est donc de faciliter la transition entre l'aide et le droit commun.

Créer un réseau multipolaire 

Une Épicerie Solidaire se veut être au coeur de la politique d'insertion, point de départ pour travailler sur les difficultés de logement, d'emploi, de santé, désirant améliorer le lien social et le bien-être.
Elle doit, à terme, constituer un réseau multipolaire : réseau d'associations d'entraide afin d'harmoniser les systèmes d'aide et éviter des effets "doublon" ; réseau d'approvisionnement, nécessité de créer un cercle de partenaires agro-industriels ; réseau de financeurs, collaboration avec les organismes d'État, les Régions, les Départements.