S'identifier

2000 - 2010 : l'A.N.D.E.S a 10 ans

 
10 ANS !! Déjà ? Comme le temps passe vite ! Souchon s'inventait des montgolfières et des géants verts. Nous, un réseau d'épiceries solidaires...
Si on est devenu grands, c'est grâce à vous tous, partenaires et épiceries adhérentes.
Pour retracer ces 10 années, ANDES prépare un livre : on y retrouvera les valeurs et les principales actions d'ANDES durant ces années, les partenaires qui l'accompagnent, mais aussi notre vision de l’alimentation, et les perspectives des projets futurs.


Suivez ANDES sur les réseaux sociaux !

  

Comment est née l'association A.N.D.E.S ?

Le droit à la nourriture est fondamental, c'est une des composantes de l'insertion sociale. Faire ses courses semble être un acte simple et pour autant en France, 8,7 millions de personnes (1) vivent en dessous du seuil de pauvreté (977 euros par mois) et sont amenées, souvent durablement, à fréquenter des structures d'aide alimentaire.


Les alternatives existantes pour les personnes en situation de pauvreté ou de précarité

Il existe en France, dans le domaine alimentaire, un tissu associatif riche animé par des considérations politiques, philosophiques, sociales, culturelles ou religieuses différentes, et dont les actions en terme d'aide alimentaire reposent le plus souvent sur le principe du don (distribution gratuite de colis alimentaires provenant des dons de l'Union européenne ou de produits de retrait français).
Le don peut être envisagé sous divers angles :
 Comme un engagement politique, sous forme de partage des biens, de la production et plus généralement de la richesse.
Comme un acte de charité, reposant, à l'origine, sur des convictions religieuses.
Comme une nécessité, pour stabiliser une paix sociale. 
Cependant, une large fraction de la population économiquement fragile - bénéficiaires de minima sociaux, travailleurs précaires, retraités pauvres, mères célibataires - qui n'a pas accès à une alimentation saine et équilibrée, souffre de demander assistance et de ne pouvoir choisir les aliments qu'elle consomme.

Dans le domaine marchand, il existe des "Hard Discounters" qui proposent des produits sans marque à moindre coût. Mais là encore, la barrière d'accès à la consommation perdure et, avec elle, une forme d'exclusion. 

L'idée

La nourriture est, dans notre société, un plaisir, un acte social de convivialité et de partage. Il paraît alors indispensable d'offrir à des personnes en situation d'exclusion une nouvelle forme d'aide alimentaire capable d'allier le choix, la qualité, le respect du goût, des cultures et des habitudes. 

Si l'aide alimentaire gratuite reste nécessaire pour les personnes sans aucunes ressources, Marcel Mauss rappelle que "le don non rendu rend encore inférieur celui qui l'a accepté, surtout quand il est reçu sans esprit de retour" (Essai sur le Don). La contribution financière - même symbolique - demandée dans les participe de la dignité des personnes et de la liberté de choix.

Histoire

Les épiceries sociales et solidaires se sont développées en France à la fin des années 1990. Elles ont d’abord été portées par des Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS), puis par des collectifs d’associations ou par des initiatives citoyennes.

En 1996, Guillaume Bapst, actuel directeur de l’A.N.D.E.S, crée, en parallèle à son poste de directeur de la gestion locative à l’Office public départemental HLM de la Nièvre, une épicerie solidaire à Nevers qui suscite rapidement un intérêt politique et médiatique.
Confronté à une demande croissante en matière de « conseil » pour ouvrir d’autres structures de ce type, il choisit de créer alors une association nationale afin
d'accompagner la réalisation de nouveaux projets d'épiceries et rassembler ces structures au sein d'un réseau dynamique et innovant. Ce fut chose faite en avril 2000.

Est-ce que les "pauvres", les personnes qui sont en situation d'exclusion, ont seulement le besoin de se nourrir, de ne pas mourir de faim, ou faut-il dépasser cette approche pour établir la question du choix dans l'alimentation et plus généralement dans la consommation, donc aussi la question du plaisir. Choix et plaisir de consommer comme conditions nécessaires pour se sentir vraiment une personne, un être vivant, un être digne. En posant cette question, nous posons la question de la nature de la pauvreté et de l'exclusion sociale. Est-ce que la pauvreté c'est seulement être privé de revenus, ou faut-il considérer avec un certain nombre d'économistes que la pauvreté c'est également et surtout être privé de liberté réelle.  

Gérard Gasselin, premier président de l'A.N.D.E.S.

Reconnaissance 

Nombre d'épiceries ont fait leurs preuves. Cette forme d'aide est maintenant largement reconnue par les pouvoirs publics, et les acteurs privés de la solidarité (associations, fondations, entreprises).

Depuis 2010, l'A.N.D.E.S est membre du Conseil National de l'Alimentation (groupe de travail Insécurité alimentaire en France et situation de l'aide alimentaire intérieure).
Depuis février 2013, l'A.N.D.E.S. est habilitée par l'Etat (Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt et Ministère des Affaires Sociales et de la Santé) en tant qu'association nationale d'aide alimentaire (cf. arrêté du 25 février 2013 relatif à la liste des personnes morales de droit privé habilitées au niveau national à recevoir des contributions publiques destinées à la mise en oeuvre de l'aide alimentaire).

(1) INSEE, Les niveaux de vie en 2011